Blog

Trouvez votre diététicien ou diététicienne   >   Le blog   >   Comprendre l'Endométriose : Symptômes, Causes et Traitements   >   L'Endométriose Décryptée : Origines et Facteurs de Risque

Trouvez votre diététicien ou diététicienne   >   Le blog   >   Comprendre l'Endométriose : Symptômes, Causes et Traitements   >   L'Endométriose Décryptée : Origines et Facteurs de Risque

L'Endométriose Décryptée : Origines et Facteurs de Risque

Publié le 5 février 2024, mis à jour le 13 février 2024

Photo marine

Marine
Diététicienne-Nutritionniste et Co-fondatrice de Madietenligne

Explorez en profondeur les causes de l'endométriose, en mettant un accent particulier sur les facteurs génétiques, hormonaux et environnementaux, pour une meilleure compréhension de cette maladie complexe.

L'endométriose, maladie mystérieuse touchant des millions de femmes, se manifeste par la croissance de tissu utérin hors de l'utérus, causant douleur et complications diverses. Les origines exactes de cette affection demeurent floues, combinant facteurs génétiques, environnementaux et hormonaux. Cet article explore les causes potentielles de l'endométriose, visant à éclairer les pistes pour un diagnostic plus précis et des traitements améliorés.

Introduction à l'endométriose

Définition brève de l'endométriose

L'endométriose est une pathologie caractérisée par la présence de tissu endométrial en dehors de l'utérus, provoquant douleur, inflammation, et parfois infertilité. Elle est traitée aujourd'hui par des anti-inflammatoires, des traitements hormonaux, voire chirurgicaux (hystérectomie, ou excision des lésions endométriosiques)

Importance de comprendre les causes

Comprendre les causes de l'endométriose est crucial pour le développement de traitements efficaces et personnalisés, permettant d'améliorer la qualité de vie des femmes touchées par cette affection.

Quelle est la cause de l'endométriose ? Aperçu des causes de l'endométriose

Théories principales

Les causes de l'endométriose incluent la menstruation rétrograde, où le sang menstruel remonte dans les trompes de Fallope, la dispersion lymphatique ou sanguine des cellules endométriales, et la transformation de cellules du péritoine en cellules pour l’endométriose par métaplasie.

Facteurs de risque associés

Les facteurs augmentant le risque d'endométriose comprennent des antécédents familiaux, des cycles menstruels courts, des périodes menstruelles longues ou abondantes, une absence de grossesse, et des anomalies utérines. Des facteurs environnementaux, comme l'exposition à certaines toxines, peuvent également jouer un rôle.

Théories scientifiques sur les causes de l'endométriose

Théorie de la menstruation rétrograde 🩸

La théorie de la menstruation rétrograde avance que, plutôt que d'être expulsées du corps comme c'est le cas lors d'une menstruation normale, certaines cellules de l'endomètre (la couche interne de l'utérus) remontent à travers les trompes de Fallope vers la cavité pelvienne. Une fois là, ces cellules endométriales s'attachent à divers organes pelviens et commencent à croître et à saigner en réponse aux hormones du cycle menstruel, de la même manière qu'elles le feraient à l'intérieur de l'utérus. Cette implantation et croissance anormale des cellules endométriales en dehors de l'utérus peuvent conduire à l'inflammation, à la formation de tissu cicatriciel (adhérences) et à la douleur caractéristique de l'endométriose.

Théorie de la métaplasie des cellules péritonéales

Cette théorie suggère que l'endométriose résulte de la transformation directe des cellules péritonéales (la membrane qui tapisse la cavité abdominale) en tissu endométrial sous l'influence de facteurs environnementaux ou hormonaux.

Théorie de la dispersion lymphatique ou sanguine

Selon cette théorie, les cellules endométriales se disperseraient via le système lymphatique ou sanguin vers d'autres régions du corps, où elles s'implanteraient et provoqueraient l'endométriose.

Facteurs de risque et influences génétiques

Histoire familiale d'endométriose

Des antécédents familiaux d'endométriose augmente significativement le risque d'une femme de développer la maladie. Les recherches indiquent que les filles ou les sœurs de femmes atteintes d'endométriose sont plus susceptibles d'être diagnostiquées elles-mêmes, suggérant une composante génétique forte.

Conditions génétiques et anomalies chromosomiques

Certains syndromes génétiques et anomalies chromosomiques ont été associés à un risque accru d'endométriose. Ces conditions peuvent affecter la manière dont le corps réagit à l'œstrogène, favorisant le développement de l'endométriose.

Facteurs environnementaux et style de vie 🌱

Les facteurs environnementaux, tels que l'exposition à certaines substances chimiques (dioxines, PCB) peuvent augmenter le risque d’endométriose. Les dioxines et les polychlorobiphényles (PCB) sont deux types de polluants environnementaux persistants, réputés pour leur toxicité et leur capacité à s'accumuler dans l'environnement et la chaîne alimentaire. Un style de vie impliquant un faible niveau d'activité physique ou un régime riche en graisses saturées, joue aussi un rôle. Les mécanismes précis restent à clarifier, mais ces facteurs pourraient influencer les processus inflammatoires et hormonaux du corps.

Les dioxines 

Les dioxines sont un groupe de composés chimiques résultant principalement de processus de combustion industriels, comme l'incinération des déchets et la production de certains herbicides et pesticides. Elles peuvent persister longtemps dans l'environnement et s'accumuler dans la chaîne alimentaire, principalement dans les tissus des animaux. L'exposition humaine aux dioxines se fait surtout par la consommation de viande, de produits laitiers, et de poissons contaminés.

Les PCB

Les polychlorobiphényles (PCB) sont des produits chimiques industriels qui s'accumulent dans l'environnement et la chaîne alimentaire. Bien qu'interdits ou restreints depuis les années 1970-1980, ils persistent dans les sols et les cours d'eau, passant des micro-organismes et plantes aux poissons et animaux terrestres. Les humains sont exposés aux PCB principalement par la consommation de poissons, de fruits de mer, de viandes et de produits laitiers contenant ces composés dans leurs tissus gras. Cette bioaccumulation et biomagnification font que les PCB se concentrent en montant dans la chaîne alimentaire, atteignant des niveaux plus élevés chez les prédateurs au sommet, y compris les humains.

Influence du système immunitaire

Dysfonction du système immunitaire

Une dysfonction du système immunitaire est considérée comme un facteur clé dans le développement et la progression de l'endométriose. Cette anomalie peut empêcher l'élimination des cellules endométriales égarées à l'extérieur de l'utérus, facilitant leur implantation et croissance.

Inflammation et endométriose

L'inflammation joue un rôle central dans l'endométriose, non seulement en favorisant la survie et l'implantation des cellules endométriales dans les sites ectopiques mais aussi en contribuant à la douleur pelvienne chronique associée à la maladie. Les cytokines inflammatoires et d'autres médiateurs sont souvent élevés chez les patientes, exacerbant les symptômes et la progression de la maladie.

Rôle des hormones dans l'endométriose

Œstrogènes et régulation hormonale

Les œstrogènes jouent un rôle prépondérant dans la pathogenèse de l'endométriose, stimulant la croissance et la prolifération des lésions endométriosiques. Une régulation hormonale défaillante peut entraîner une production excessive d'œstrogènes, augmentant ainsi les symptômes et la progression de la maladie.

Résistance à la progestérone

Dans l'endométriose, le corps peut ne pas réagir correctement à la progestérone, une hormone qui normalement limite la croissance du tissu endométrial. Cette résistance permet aux lésions endométriosiques de continuer à croître, aggravant les symptômes de la maladie.

Impacts environnementaux et exposition à des toxines

Exposition à des substances chimiques

Comme vu précédemment, l'exposition à certaines substances chimiques, telles que les dioxines et les PCB (polychlorobiphényles), est liée à un risque accru d'endométriose. Ces toxines, présentes dans l'environnement, peuvent perturber le système endocrinien et favoriser le développement de l'endométriose en mimant ou en bloquant l'action des hormones naturelles.

Liens avec l'alimentation et le mode de vie

Le régime alimentaire et le mode de vie peuvent influencer le risque et la sévérité de l'endométriose. Une alimentation riche en graisses saturées et faible en fruits et légumes, ainsi qu'un faible niveau d'activité physique, peuvent augmenter l'inflammation dans le corps et favoriser la croissance des lésions endométriosiques. Il est important de consulter un diététicien spécialisé en cas d’endométriose afin d’équilibrer l’alimentation.

Consulter un·e diététicien·ne

Besoin d'un avis sur votre alimentation rapidement ?
Prenez rendez-vous simplement avec un·e diététicien·ne

Consultez

Conclusion 👋

Résumé des causes principales

Les causes de l'endométriose comprennent une combinaison complexe de facteurs génétiques, hormonaux, immunitaires, et environnementaux. Des phénomènes comme la menstruation rétrograde, la résistance à la progestérone, les dysfonctionnements du système immunitaire, ainsi que l'exposition à certaines substances chimiques et un mode de vie inadapté, jouent un rôle crucial dans le développement et la progression de cette maladie.

L'importance de la recherche continue

La poursuite de la recherche est essentielle pour mieux comprendre l'endométriose, identifier de nouvelles cibles thérapeutiques, et développer des traitements plus efficaces et moins invasifs. L'amélioration des connaissances sur les causes de l'endométriose permettra également de mettre en place des stratégies de prévention plus ciblées, offrant espoir et soulagement aux millions de femmes affectées à travers le monde.

Articles de la même catégorie :