Le soja est-il une bonne alternative aux protéines animales ?

Trouvez votre diététicien ou diététicienne   >   Le blog   >   Comment améliorer son impact écologique grâce à l’alimentation ?   >   Le soja est-il une bonne alternative aux protéines animales ?

Demandez rapidement l'avis d'un·e spécialiste 🧑‍⚕️

Nos diététicien·ne·s sont disponibles tous les jours et répondent à vos demandes. N'attendez plus et prenez rendez-vous dès maintenant !

Quel que soit votre mode de nutrition, vous avez besoin de protéines pour rester en bonne santé. Néanmoins, consommer uniquement des protéines animales et en abondance n’est pas sans danger. C’est pour cela que beaucoup choisissent de recourir à des alternatives végétales comme le soja. Ce dernier est en effet un excellent remplaçant pour les viandes. En plus d’être facile à cuisiner, il est riche en bienfaits pour notre organisme. Mais il reçoit également un certain nombre de critiques. Quels sont ses avantages ? Pourquoi certains le contestent ? Ou encore, permet-il de rester respectueux de l’environnement ? Découvrez-les au fil de ces lignes.

Pourquoi remplacer la protéine animale ?

Les protéines d’origine animale sont des protéines considérées comme complètes et de bonne qualité. En effet, elles renferment au total 8 acides aminés indispensables. Mais elles contiennent également des acides aminés semi-essentiels et non essentiels.

On les retrouve notamment dans les aliments tels que la viande, les œufs, ou encore le lait et les produits laitiers.

Ces protéines sont bien entendu utiles à notre organisme. Malgré tout, quand elles sont consommées en grande quantité, elles peuvent vite devenir nocives. Elles peuvent occasionner :

  • des problèmes de pression artérielle ;

  • une faiblesse cardiaque ;

  • l’augmentation du mauvais cholestérol ;

  • un problème au niveau des reins ;

  • etc.

Le souci est qu’une grande proportion de personnes qui consomment des produits d’origine animale le font en excès. Par exemple, on mange énormément de viande rouge, du fromage ou de la charcuterie. Et pourtant, ces aliments sont parmi les plus bourrés en graisses saturées. La viande rouge et la charcuterie sont particulièrement classées comme cancérogènes par l’OMS.

Ces denrées sont certes plébiscitées pour leurs goûts, il est très difficile de s’en passer. Mais au vu de l’impact qu’elles peuvent avoir sur notre santé, vous serez d’accord qu’il est aussi important de limiter leur consommation.

Pas d'inquiétude, il ne s’agit pas forcément de commencer un régime végétarien ou végétalien. Il est surtout question de consommation modérée des aliments d’origine animale. Pour ce faire, vous avez la possibilité de substituer ces denrées par des produits d’origine végétale. Vous pouvez par exemple favoriser :

  • les légumineuses ;

  • les céréales ;

  • les noix ;

  • les légumes ;

  • etc.

Quels sont les avantages du soja sur la santé ?

Les protéines végétales ne sont pas aussi complètes que celles d’origine animale. Toutefois, il y a des exceptions qui renferment aussi les huit acides aminés essentiels. Vous pouvez les retrouver dans le quinoa et les graines de soja.

Effectivement, la protéine de soja est la plus complète. C’est pour cela que le soja est vu comme une des meilleures alternatives à la viande dans les régimes proscrivant cette dernière. Cet aliment a beaucoup à nous offrir.

  • Il comble les besoins du corps en protéines, fonction qui est de coutume assurée par la viande.

  • Il permet de réduire l’apport en matières grasses (il en contient seulement entre 5 à 6 %).

  • Sa consommation permet de combattre le cholestérol. En effet, le soja n’en contient pas. Au contraire, il contribue à l’apport d’acides gras polyinsaturés.

  • Il aide à prévenir l’ostéoporose et diminue aléatoirement les symptômes de ménopause.

  • Il peut apporter une grande quantité de fibres à consommer en une journée (on doit en consommer 35 g, 100 g de protéines de soja en contiennent 20).

  • Le soja est une bonne source de potassium et de vitamines du groupe B.

  • Il aide dans la formation de masse musculaire, parfait pour le régime des sportifs.

Le soja est ainsi une excellente alternative aux protéines animales. Vous pouvez le consommer pour limiter votre consommation en chair ou pour diversifier votre alimentation. Vous trouverez de nombreux produits à base de soja comme :

  • le tofu ;

  • la farine de soja ;

  • les pousses de soja ;

  • le jus de soja ;

  • le miso ;

  • l’huile de soja ;

  • la sauce soja ;

  • etc.

Que lui reproche-t-on ?

Si le soja est réputé pour être complet et plein de bénéfices, il ne serait pas totalement irréprochable. Voici ses inconvénients.

La culture du soja

La fleur de soja est une plante extrêmement gourmande en eau. Pour pousser convenablement, elle nécessite de la chaleur. On lui reproche alors de ne pas être respectueuse de l’environnement : elle porte atteinte aux propriétés naturelles des sols et à la biodiversité. En addition, il s’agit d’une culture OGM. Pour rappel, les quatre cultures OGM commercialisées à l’échelle mondiale sont :

  • le soja ;

  • le maïs ;

  • le colza ;

  • le coton.

Ce sont des aliments que l’on produit en ayant usage d’ingrédients OGM. Or, la réglementation européenne et la loi française interdisent la culture du soja OGM sur le territoire français. C’est pour cette raison que l’on ne compte en France que peu de producteurs de soja sans OGM.

De ce fait, la production du soja français ne suit malheureusement pas la consommation au niveau national. Le pays est donc obligé d’importer du soja provenant des autres pays.

Il est en effet important de savoir que le soja n’est pas d’origine française. Il est originaire de la Chine et date d’à peu près 3000 ans av. J.-C. Il a été introduit en Europe vers le XVIIe siècle et on ne le cultive que depuis 1980. On retrouve principalement des plantations dans le sud-ouest de l’Hexagone. Le semis se fait pendant le mois de mai et la récolte entre septembre et octobre.

Le phytoœstrogène

Le phytoœstrogène est une hormone presque identique à celle principalement présente chez la femme, l’œstrogène. Il est également présent chez l’homme, mais en très petite quantité. Il est considéré comme un perturbateur endocrinien et serait responsable de certains troubles hormonaux.

Cette substance est présente dans les isoflavones du soja et c’est pour cela que l’aliment est souvent pointé du doigt. Le soja serait par exemple à l’origine d’une mauvaise qualité du sperme ou encore de règles encore plus douloureuses.

La mauvaise absorption des nutriments

La consommation du soja non fermenté en grande quantité bloquerait l’absorption de certains nutriments. Il ne s’agit pas uniquement du soja, mais des autres céréales et légumineuses.

Par ailleurs, il est possible de rencontrer des problèmes tels que les carences, les allergies, l’aggravation d’une hypothyroïdie... Alors, avant de vous lancer, pensez à consulter un diététicien ou une diététicienne.

Dans tous les cas, la seule solution est de toujours limiter ou modérer votre consommation. Ceci, qu’il s’agisse de la viande ou du soja.

Articles de la même catégorie :