Comment allaiter un bébé allergique aux protéines de lait de vache ?

Trouvez votre diététicien ou diététicienne   >   Le blog   >   Alimentation Grossesse et Allaitement   >   Comment allaiter un bébé allergique aux protéines de lait de vache ?

Trouvez votre diététicien ou diététicienne   >   Le blog   >   Alimentation Grossesse et Allaitement   >   Comment allaiter un bébé allergique aux protéines de lait de vache ?

Demandez rapidement l'avis d'un·e spécialiste 🧑‍⚕️

Nos diététicien·ne·s sont disponibles tous les jours et répondent à vos demandes. N'attendez plus et prenez rendez-vous dès maintenant !

COMMENT ALLAITER UN BEBE ALLERGIQUE AUX PROTEINES DE LAIT DE VACHE ?

L’allergie aux protéines de lait de vache (APLV) est la première cause d’allergie chez les enfants de moins de 3 ans, elle concerne 3 % des jeunes enfants. Votre bébé semble avoir mal au ventre, il pleure beaucoup, il régurgite, il a des difficultés de sommeil… Et si tous ces signes étaient liés à une allergie ?

Le lait maternel est le plus adapté aux besoins d’un bébé, il constitue son alimentation exclusive jusqu’à ses 6 mois et partielle jusqu’à ses 2 ans selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Cependant un bébé allaité peut aussi souffrir d’une allergie par l’intermédiaire des aliments que consomme la maman.

Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire ?

L’allergie alimentaire est une réponse anormale du système immunitaire à une substance contenue dans un aliment. Le système immunitaire attaque alors l’aliment pensant qu’il s’agit d’un agresseur à éliminer. L’ingestion de cette substance provoque chez une personne sensible une réaction allergique au niveau de sa peau, de son tube digestif, ou de ses voies respiratoires.

Quels sont les signes d’une allergie aux protéines de lait de vache chez un bébé allaité exclusivement ?

Un bébé allaité exclusivement au lait maternel peut souffrir d’une APLV. En effet, si sa mère consomme des protéines de lait de vache, celles-ci se retrouvent à l’état de traces dans son lait. Le bébé présentera alors des signes d’allergie :

  • Saignement dans les selles

  • Eczéma, dermatite atopique, lésions de grattage, urticaire.

  • Signes respiratoires (Toux, rhinopharyngite, asthme)

  • Reflux, RGO…

  • Diarrhée, vomissements, gaz

  • Troubles du sommeil

  • Agitation, énervement

Les réactions peuvent se manifester rapidement ou peuvent se manifester au bout de quelques jours voir une semaine après l’ingestion par la maman d’un aliment contenant des protéines de lait (PLV).

Le lait maternisé (infantile) en maternité

Les études montrent que donner quelques biberons de lait dans les premiers jours de l’enfant le temps que l’allaitement se mette en place augmente le risque d’allergie aux protéines de lait de vache. Si vous devez avoir recours à des biberons de lait, privilégiez un lait HA (Hypothèse Allergique pour le bébé).

Comment diagnostiquer l’APLV

Le meilleur test reste l’éviction et la réintroduction. On propose alors à la maman de suivre un régime sans protéines de lait pendant 2 à 4 semaines. Si on constate une disparition des manifestations allergiques et leur récidive au moment de la réintroduction, le diagnostic est confirmé. Sachez que l’évolution de l’APLV est dans la grande majorité des cas vers une guérison spontanée entre les 1 à 3 ans de l’enfant.

Il existe également des tests cutanés, le dosage des IgE (immunoglobulines E) spécifiques.

Comment adapter votre régime d’éviction ? 

Il est recommandé de poursuivre l’allaitement même en cas d’APLV. La maman doit alors suivre un régime sans protéines de lait de vache, de chèvre et de brebis, ainsi que ses dérivés : beurre, crème fraîche, laitages, fromages… Pensez à prêter attention aux étiquettes ainsi qu’aux produits fabriqués dans une usine produisant également du lait, car il pourrait se retrouver à l’état de traces dans l’aliment.

Quels sont les aliments et préparations à éviter

  • Lait de vache, de chèvre, de brebis, jument

  • Beurre

  • Crème fraîche

  • Fromage

  • Caramel

  • Nombreuses charcuteries

  • Poudre de lait

  • Yaourt

  • Fromage blanc

  • Pain de mie

  • Pâtisseries du commerce

  • Brioches, pain au lait, croissants, pain au chocolat

  • Biscuits contenant du lait

  • Purées du commerce

  • Chocolat au lait

  • Chocolat blanc

  • Certaines mayonnaises du commerce

Faites également attention aux allergies croisées avec :

  • le soja

  • les viandes de boeuf, génisse, veau

Comment reconnaître les protéines de lait sur les étiquettes des produits ? 

Les protéines de lait se cachent sous de nombreuses dénominations :

  • Albumine

  • Beurre

  • Caséine

  • Crème

  • Caseinate

  • Lactalbumine

  • Lactoglobuline

  • Fromage

  • Poudre de lait

  • Lactose

  • Globuline

  • Babeurre

  • Lactosérum

  • Yaourt

  • Graisse butyrique

  • Protéines animales

  • Galactose

  • Lactosérum

  • Ferments lactiques E270 (Acide lactique)

  • E 325 (Lactate de sodium)

  • E 326 Lactate de potassium

  • E 327 (Lactate de calcium)

Le lactose est le glucide du lait, il est donc en contact des PLV ; même si elles y sont à l’état de traces, elles peuvent gêner les plus sensibles.

Pensez également à vérifier les étiquettes des médicaments car le lactose y est souvent utilisé comme excipient, il en est de même pour l’homéopathie.

Le régime maternel et l’évolution des symptômes de l’enfant

Il faut compter un mois pour éliminer toutes les traces de protéines de lait dans l’organisme. La maman allaitante remarquera rapidement des améliorations chez son enfant quand elle aura débuté son régime d’éviction.

Et la diversification alimentaire dans tout ça ? 

Chez les enfants allergiques, la diversification ne sera pas retardée, et débutera aux 6 mois de l’enfant. Un bilan avec un test cutané pourra être réalisé par un allergologue.

Comment effectuer la réintroduction ? 

Le pédiatre sera celui qui prendra la décision de la réintroduction des PLV dans l’alimentation de la maman allaitante, on réintroduit habituellement les protéines de lait après 6 mois d’exclusion.. Le mot d’ordre sera alors la réintroduction progressive et douce, il suffira des fois de seulement une cuillère de yaourt dans un premier temps, pour augmenter progressivement les quantités suivant la tolérance de l’enfant. Si les symptômes d’allergie de l’enfant refont leur apparition, il faudra alors retenter plus tard.

L’enfant acquiert une tolérance aux protéines de lait dans 80 % des cas avant ses 3 ou 4 ans.

Note importante : Le lait maternel est l’aliment idéal du nourrisson, de ce fait il est important de poursuivre l’allaitement même en cas d’allergie de l’enfant aux protéines de lait de vache. Vous aurez certainement besoin des conseils d’un diététicien ou d’une diététicienne afin d’exclure tous les aliments contenant des protéines de lait, tout en maintenant une alimentation équilibrée et adaptée à vos besoins de femmes allaitantes. N’hésitez pas à consulter nos diététicien·nes spécialisé·es en allaitement qui vous aideront à adapter votre alimentation à l’allergie de votre enfant.

Articles de la même catégorie :