Diabète gestationnel

Trouvez votre diététicien ou diététicienne   >   Le blog   >   Alimentation Grossesse et Allaitement   >   Diabète gestationnel

Demandez rapidement l'avis d'un·e spécialiste 🧑‍⚕️

Nos diététicien·ne·s sont disponibles tous les jours et répondent à vos demandes. N'attendez plus et prenez rendez-vous dès maintenant !

Le diabète gestationnel (aussi appelé diabète de grossesse ou pour certains “diabète gesta”) est un diabète développé  au cours du 2ème ou 3ème trimestre de grossesse. Il disparaît généralement après l’accouchement.

Le diabète gestationnel c’est quoi ? 

Le diabète gestationnel (diabète de grossesse) est selon la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie de sévérité variable, débutant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse.

Il s’agit d’une augmentation du taux de sucre dans le sang (glycémie) supérieure à la normale (hyperglycémie). Il apparaît généralement entre le 2ème et le 3ème trimestre de grossesse, et a un impact sur la santé de la mère et de son enfant.

On peut différencier deux types de diabète gestationnel :

  • Les femmes atteintes d’un diabète méconnu, et que leur grossesse va révéler (dit diabète prégestationnel) de plus souvent de type 2, dans ce cas là le diabète persiste après l’accouchement.

  • Les femmes qui développent un diabète uniquement lors de leur grossesse, et qui disparaîtra après l’accouchement.

Quelles sont les causes du diabète gestationnel ? 

Le diabète gestationnel est un trouble de la régulation du taux de glucose dans le sang (glycémie) comme pour le diabète, qui entraîne un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie).

Il est dépisté au cours du 2ème trimestre de grossesse (24 à 28 semaines d’aménorrhée), période d’insulinorésistance maximum chez la femme enceinte. En effet, au cours de ce trimestre l’organisme résiste à l’action de l’insuline et pour compenser le pancréas sécrète alors davantage d’insuline. Chez certaines femmes, le pancréas ne s’adapte pas suffisamment et n’arrive pas à sécréter assez d’insuline, d’où des moments d’hyperglycémie puis un diabète de grossesse. La glycémie augmentera alors en post prandiale (après les repas), puis à jeun.

Le glucose qui restera alors présent en excès dans le sang maternel traversera la barrière placentaire et atteindra le fœtus, d’où un bébé avec un poids souvent plus élevé à la naissance (accélération de la croissance pondérale).

Quels sont les facteurs de risque du diabète gestationnel ? 

Il existe plusieurs facteurs de risque d’un diabète de grossesse :

  • Surpoids ou obésité

  • Antécédents familiaux de premier degré (père, mère, frères, soeurs de la mère) de diabète de type 2

  • Antécédents de diabète gestationnel lors d’une précédente grossesse

  • Un âge supérieur à 35 ans

  • Antécédents de macrosomie fœtale

Quels sont les symptômes du diabète gestationnel ? 

Le diabète de grossesse est asymptomatique (absence de symptôme) dans la majeur partie des cas. Dans de rare cas, la patiente présente des signes de diabète : soif intense, mictions (urines) fréquentes et abondantes, fatigue importante.

Quels sont les risques pour l’enfant ? 

Le glucose présent en excès dans le sang de la maman est transmis au fœtus et est stocké dans ses organes, entraînant un poids plus élevé à la naissance. Le risque le plus fréquent est la macrosomie foetale (poids de naissance supérieur à 4 kg), pouvant induire un accouchement compliqué avec une dystocie des épaules (passage difficile des épaules lors de l’accouchement avec possibilité de lésions traumatiques au niveau des épaules du bébé).

Le nouveau-né peut également avoir des hypoglycémies (glycémie trop basse) peu de temps après sa naissance. Le personnel soignant procédera au dépistage de ces éventuelles hypoglycémies à l’aide d’une goutte de sang prélevée sur une bandelette, elles seront traitées au quel cas à l’aide d’un biberon d’eau sucrée.

Quels sont les risques pour la mère ? 

Les complications les plus graves pour la mère présentant un diabète gestationnel est la survenue d’une hypertension artérielle gravidique (tension supérieure à 14/9 au cours de la grossesse) et une pré-éclampsie (association d’hypertension artérielle et de protéines dans les urines), elles sont plus fréquentes chez les femmes présentant une surcharge pondérale. Le risque devient alors plus important pour la mère et son enfant qui peuvent alors présenter :

  • Décollement du placenta

  • Troubles de la coagulation

  • Insuffisance rénale

  • Accouchement prématuré

  • Retard de croissance du foetus

Le diabète de grossesse présente aussi pour la mère d’autres risques :

  • Accouchement par césarienne

  • Récidive du diabète gestationnel lors d’une prochaine grossesse

  • Risque plus important de développer un diabète de type 2 à la suite de la grossesse

Comment se passe le dépistage du diabète gestationnel ? 

La diabète gestationnel est aujourd’hui dépisté chez les femmes à risques (surpoids, antécédents familiaux de diabète, antécédents de diabète lors d’une précédente grossesse, âge supérieur à 35 ans, antécédents de macrosomie foetale (bébé trop gros)...).

Pour les femmes enceintes présentant un risque de diabète de grossesse plusieurs tests sont effectués :

  • Le premier test est fait au cours du premier trimestre de grossesse, à l’aide d’une glycémie à jeun (mesurée par prise de sang) . Ce test servira à détecter la présence ou non d’un diabète de type 2 passé inaperçu jusqu’alors.

  • Le deuxième test s’effectue entre la 24ème et 28ème semaine d'aménorrhée. Ce test s’appelle HGPO (Hyperglycémie provoquée par voie orale) avec 75 g de glucose. Une valeur au-dessus de 0,92 g/Litre à jeun, 1,80 g/Litre 1 h, ou 1,53 g/Litre 2 h après la prise orale du glucose, suffit à diagnostiquer un diabète gestationnel.

J’ai du diabète gestationnel, quel est le traitement ? 

Le traitement du diabète gestationnel aura pour objectif de maintenir la glycémie à une valeur acceptable fixée par l’équipe médicale. Il s’appuie sur différents points :

  • L’autosurveillance glycémique : vous devez contrôler votre glycémie rigoureusement plusieurs fois par jour (avant et après les repas principaux de votre journée)

  • Des mesures hygiéno-diététiques : un régime hypoglucidique privilégiant les aliments à faible index glycémique

  • De la motivation et de la rigueur

  • Une prise en charge par une équipe médicale

Si les mesures hygiéno-diététiques s’avèrent insuffisantes, la femme enceinte devra pratqiuer des injections d’insuline.

Comment mesurer ma glycémie ? 

L’autosurveillance glucidique est conseillée par le médecin et/ou la sage-femme en cas de diabète gestationnel pour contrôler la glycémie. Il est recommandé de ne pas dépasser une glycémie de  :

  •  0,95 g/litre à jeun

  • 1,30 à 1,40 g/litre une heure après le repas (en post prandial)

  • 1,20 g/litre deux heures après le repas

La glycémie (taux de sucre dans le sang) se mesure grâce à un lecteur de glycémie, petit appareil, facile à utiliser et à transporter. Vous pouvez vous-même surveiller votre glycémie à l’aide de cet appareil. Un stylo autopiqueur vous permettra de vous piquer le bout du doigt et de recueillir une goutte de sang, qui sera déposée sur une bandelette puis introduite dans l’appareil. Le lecteur analyse ensuite le taux de sucre présent dans la goutte de sang.

Quel régime alimentaire adopter ? 

En cas de diabète de grossesse, il est important que vous veillez à avoir une alimentation équilibrée :

  • 3 repas principaux par jour et 1 à 2 collations

  • Une source de protéines chaque jour : elle vous permettra un apport important de fer et de protéines

  • Des féculents à index glycémique bas à chaque repas : évitez les glucides simples qui augmentent fortement la glycémie, comme les confiseries, les pâtisseries, les fruits très sucrés… Les glucides complexes sont à favoriser, comme le riz, les pommes de terre, le pain, les pâtes…

  • Des légumes à chaque repas : ils vous permettront en apportant des fibres de réguler votre transit intestinal, mais aussi votre glycémie en ralentissant la digestion.

  • Des fruits 2 à 3 fois par jour : ils vous apporteront des fibres, de la vitamine C, mais aussi du sucre, certains fruits sont plus sucrés que d’autres (c’est le cas notamment de la banane bien mûre, mangue, figues…).

  • Des laitages sans sucre 3 fois par jour : pour vous apporter du calcium, de la vitamine D et des protéines.

  • L’équivalent de 2 à 3 cuillères à soupe d’huile par jour : pour vous apporter des acides gras essentiels et de la vitamine E.

  • Evitez de consommer des produits sucrés car ils augmentent la glycémie

A RETENIR :

Pour adapter votre alimentation à votre diabète gestationnel :

  • Associez les glucides avec des légumes

  • Prenez les féculents plutôt en milieu de repas pour ralentir leur effet sur la glycémie

  • Prenez des collations pour répartir la prise d’aliments glucidiques sur la journée

  • Pratiquez une activité physique pour vous aider à lutter contre les pics de glycémie

Sport et diabète gestationnel 

En cas de diabète de grossesse, il est recommandé à la femme enceinte de pratiquer une activité physiue régulière pour réguler votre glycémie. Il est recommandé de pratiquer 3 à 5 fois par semaine, à raison de 30 à 45 minutes par séance. Voici la liste des activités que vous pouvez pratiquer :

  • la danse

  • la natation

  • la marche

  • le vélo

  • le ski de fond

  • le jogging

Avant tout début d’activité, demandez toujours en amont l’avis de votre médecin. Pensez à avoir toujours votre lecteur de glycémie sur vous et une source de glucides simples à absorption rapide, à portée de main (morceau de sucre…). Sachez ensuite que chez certaines personnes, les doses d’insuline peuvent être diminuées pour éviter des hypoglycémies. L’équipe médicale qui vous suit saura vous renseigner.

Le diabète disparaît-il après l’accouchement ? 

Le diabète gestationnel disparaît dans 90 % des cas après la naissance de l’enfant. Il est tout de même conseillé de contrôler sa glycémie dans les mois qui suivent l’accouchement, car le diabète de grossesse peut être des fois un signe avant coureur d’un état prédiabétique.

Si vous envisagez une prochaine grossesse, une surveillance sera effectuée dès les premiers mois de la grossesse. Il est conseillé de suivre un régime alimentaire adapté avant la conception de l’enfant.

Diabète et allaitement

Le lait maternel est le lait le plus adapté pour les nourrissons. Allaiter aide à réguler la glycémie, à prévenir le diabète de type 2 et à diminuer la tension artérielle. Chez l’enfant, cela lui permettra de lutter contre le risque de développer un diabète, mais aussi de diminuer le risque d'obésité plus tard dans sa vie.

Le bébé va -il être diabétique ? 

Dans la grande majorité des cas, la réponse est non. Cependant les enfants ayant eu une mère souffrant de diabète gestationnel, ont plus de risque de développer du surpoids, des troubles de la glycémie, ou de l’hypertension artérielle (syndrome métabolique) quand ils seront à l'âge adulte.

 N’hésitez pas à consulter nos diététicien·nes spécialisé·es en gros

Articles de la même catégorie :